LE PREMIER TEMPLE

Poème épique de Claude Ferrandeix évoquant le premier temple mégalithique de l'Humanité à l'image de Stonehenge.


La sombre nuit s'étend, sur la vaste planète
La nuit immense, infinie, la nuit sidérale
Que l'argenté croissant, de sa lueur féconde.

C'est alors qu'à l'Orient, une clarté s'élève.
Des arches en granit, à l'horizon paraissent
Premier temple édifié, de pesants mégalithes.
Puis alentour on voit, des flambeaux s'irradier
Brandis au firmament, par d'immobiles prêtres.
Le mystère éternel, roule au fond de leurs yeux
La cosmique grandeur, empreint leurs faces blêmes.
Dans leur âme inspirée, s'ébauche vaguement
L'effarement des morts, sous les dolmens énormes
La terreur des vivants, sous la céleste voûte.

Suivant la voie tracée, par les mystiques sages
De menhirs en menhirs, de cromlechs en cromlechs
Ce terrestre miroir, du chemin galactique
Sur les trilithes noirs, monumentales portes
L'astre du jour qui point, jette ses rayons clairs.

La Saga de l'Univers - Claude Fernandez - Éditions Sol'Air - © Éditions Sol'Air - 2007