LA CÉLÉBRATION DE SVANTOVIT

Poème épique de Claude Fernandez évoquant la célébration de Svantovit, divinité martiale, par les premiers Slaves


Svantovit Protecteur, ô toi Préservateur
Que ta divine ardeur, puisse embraser nos cœurs.

L’armée des ennemis, s’enfuit à l’horizon
Quand ta fougue a poussé, la droujina farouche.
Les guerriers ont fléchi, les guerriers ont failli
Mais quand tu les soutiens, leur énergie grandit.

Svantovit Protecteur, ô toi Préservateur
Que ta divine ardeur, puisse embraser nos cœurs.

Si tu n’étais en nous, dans nos mains, dans nos membres
Point ne décimerions, les adverses légions.
Quand tu veilles au forts, de nos voïvodies
Point ne peut les franchir, le touranien cupide.

Svantovit Protecteur, ô toi Préservateur
Que ta divine ardeur, puisse embraser nos cœurs.

La panique saisit, les contingents transis.
Lorsqu’au front est brandie, ton effigie sacrée.
L’assaillant affolé, chute aux bas du rempart.
Quand ta face apparaît, sur les merlons du kreml.

Svantovit Protecteur, ô toi Préservateur
Que ta divine ardeur, puisse embraser nos cœurs.

La furie nous remplit, de hardiesse et vaillance
Quand est clamé ton nom, par nos poitrines fières.
Le sang coule en nos corps, plus que flot de l’Iana
Quand ta présence infuse, en notre âme l'espoir.

Svantovit Protecteur, ô toi Préservateur
Que ta divine ardeur, puisse embraser nos cœurs.

Tu diriges les coups, de nos tranchantes haches.
Tu guides la foulée, de nos chevaux iakoutes.
La victoire est à nous, quand ta force invincible
Vient seconder nos bras, dans la mêlée terrible.

Svantovit Protecteur, ô toi Préservateur
Que ta divine ardeur, puisse embraser nos cœurs.

Nos fyngs, tables-trépieds, au Conseil nous rallient.
Propos sages ou fous, débattons, disputons
Virulents arguments, déclarons, soutenons
Mais pour te glorifier, redevenons unis.

Svantovit Protecteur, ô toi Préservateur
Que ta divine ardeur, puisse embraser nos cœurs.

Quand le froid engourdit, au long des hivernages
Nos énergies transies, nous oublions ton nom
Mais dès que reparaît, le soleil salvateur
Voilà qu’en nous renaît, ta divine fureur.

Svantovit Protecteur, ô toi Préservateur
Que ta divine ardeur, puisse embraser nos cœurs.

Sur nos poignards, épées, nos ceinturons, nos haches
Nos plaques d’apparat, nos broches et colliers
Nous avons buriné, ta face magnifique
Vous avons poinçonné, ton effigie magique.

Svantovit Protecteur, ô toi Préservateur
Que ta divine ardeur, puisse embraser nos cœurs.

Nos filles au teint clair, point ne sont alanguies
Point ne sont retenues, dans un étroit logis
Mais leur voix mélodieuse, entonnant ton éloge
Toutes vont s'élancer, vers la bataille ardente.

Svantovit Protecteur, ô toi Préservateur
Que ta divine ardeur, puisse embraser nos cœurs.

Si les gmiri, gwymiry, gumeri , géants
Liguaient leurs volontés, pour vaincre ta puissance
Pas même ils ne pourraient, ébranler ta demeure
Suspendue sous la voûte, au milieu des éclairs.

Svantovit Protecteur, ô toi Préservateur
Que ta divine ardeur, puisse embraser nos cœurs.

Point ne fut vergogneux, Ataïs notre aïeul
Que vieillard diminué, lance et glaive épargnèrent
Car en son lit n’émit, son ultime respir.
T’invoquant, fut occis, par un Macédonien.

Svantovit Protecteur, ô toi Préservateur
Que ta divine ardeur, puisse embraser nos cœurs.

Lorsque l'un de nous meurt, le cœur d'un trait fendu
Sa dépouille est veillée, dans le profond kourgane
Mais franchissant le seuil, de ton palais céleste
Son âme libérée, festoie parmi ses pairs.


La Saga de l'Univers - Claude Fernandez
Éditions Sol'Air - Éditions Sol'Air - 2007