SOLON

Poème épique de Claude Fernandez évoquant la visite du sage Solon à Crésus, roi de Lydie.


Solon rendit visite, à Crésus en Lydie.
Voici comment le Grec, fut reçu par le Roi.

«Solon, je vais guider, tes pas dans ma demeure.
Dès lors tu jugeras, de ma haute valeur.
Mais je veux que sans fard, tu dises ta pensée.
Le palais que tu vois, est un butin de guerre.
Mes tailleurs de Lesbos, ont taillé les colonnes.
Mes sculpteurs de Byblos, ont ouvré les solives.
Carreleurs étoliens, mosaïstes mysiens
L'ont partout façonné, l'ont partout décoré
De tesselles en or, en lapis, en turquoise.
Là sont tous les trophées, que j'ai pris aux Cariens
Qu'aux Mèdes j'ai ravis, sur l'écumeux Halys.
J'ai des caves remplies, de précieux minerais
Plus qu'on en sortirait, en cent ans du Pangée.
Ne doit-on convenir, que c'est digne d'éloges?»

«Ô roi tu me parais, un monarque puissant
Pardonne-moi pourtant, car je ne comprends pas
Si tu veux que l'on ait, de toi bonne opinion
Pourquoi sans retenue, tu montres ces richesses.
Tu devrais je le crois, plutôt me les cacher»
«Te les cacher? Pour quelle raison, par Cybèle?»
«Si ton défaut Crésus, était d'être un ivrogne
N'aurais-tu pas à cœur, me recevant un jour
De camoufler au mieux, ton orgie de la veille
Les cotyles brisés, les tables renversées.
Tu ne montrerais pas, avec cette fierté
Les mauvais traitements, qu'emporté par Liber
Tu fis subir alors, à tes serveurs fidèles.
Sûrement dans ce cas, de peur que je les visse
Loin dans l'ergastérion, tu les enfermerais.
Mais au contraire ici, tu dévoiles ce luxe
Qui justement trahit, ton condamnable orgueil»

C'est ainsi que Solon, fut chassé par Crésus.

La Saga de l'Univers - Claude Fernandez - Éditions Sol'Air - © Éditions Sol'Air - 2007