PYTHAGORE

Poème épique de Claude Ferrandeix évoquant la réflexion de Pythagore à propos des Mathématiques sur une plage de Samos.


Dans la calme Samos' ignorant la cité
Comme si le rivage' était son parchemin
De l’aube jusqu’au soir' l’on voit un homme écrire.
Pas même il n’aperçoit' près de lui s’approchant
Son enfant captivé' qui l’interroge ainsi

«Pourquoi toujours' mon père' avec un bâtonnet
Dans le sable mouillé' dessines-tu ce temple?
Ces minuscules traits' sont-ils des personnages?
Fidèles honorant' un culte singulier»
«Curieuse idée' mon fils! Mais pourquoi pas un temple?
Sa forme est composée' de segments' demi-droites
Le triangle est fronton' le cylindre est colonne
Hauteur' hypoténuse' ou tangente et médiane.
Quant à ces traits menus' que tu vois dispersés
Peuple unique' infini' ce ne sont que des nombres.
«Mais quel puissant démiurge' au fond de l’adyton
Peut susciter ainsi' ferveur et dévotion?»
«Le dieu Mathématique' insensible et fécond.
Ses fidèles sans foi' n’ont aucune morale.
Ses prêtres sans désir' n’éprouvent compassion.
Démonstration logique' est leur unique Loi.

Ce temple merveilleux' j’en étudie les bases
Mais nombreux après moi' bâtiront ses murailles.
La destinée du Monde' en sera modifiée»

La Saga de l’Univers - Claude Fernandez - Éditions Sol’Air - © Éditions Sol’Air - 2007