FESTIN MODERNE

Poème épique de Claude Fernandez évoquant la restauration rapide, self, hamburger, coca-cola, vaisselle en carton, symboles de la décadence et de la vulgarité du monde moderne.


«Salut, mon pote, alors, t'as l'air naze aujourd'hui.
Moi, ça va, c'est génial, super, tu sais pas quoi?
Mon paternel, ce con, me paye une bécane
La cent vingt-cinq Honda, ça dégomme avec ça.
Viens, je t'invite à bouffer, j'arrose ma chiotte»

Voilà nos deux copains, franchissant le portail
D'une enseigne dorée, sur un fond écarlate.
Que va nous procurer, ce palace du goût
Qui détrône Troisgros, décoiffe Paul Bocuse?
Terrine de foie gras, ou bisque de homard
Fricassée de volaille, ou médaillon de lotte
Magret de canard, poularde ou tournedos
Par un maître d'hôtel, présentés avec art?

Le serveur distingué, c'est le fer blanc du self
Proposant au gourmet, plats raffinés, subtils
Hamburger au ketchup, sandwichs et hot-dogs.
Pour fêter dignement, l'heureux événement
Le cru millésimé, d'un chimique cépage
Le coca pétillant, la reine des boissons.
Rien ne vaut son fumet, d'acide phosphorique.
Pour vraiment savourer, cet insigne breuvage
Ne faut-il récipient, qui puisse l'honorer?
Le voici justement, c'est un verre en carton.

La Saga de l'Univers - Claude Fernandez - Éditions Sol'Air - © Éditions Sol'Air - 2007