L'ESCLAVE AU MARCHÉ DE CRIMÉE

Poème épique de Claude Fernandez évoquant le destin d'un esclave au marché de Crimée, destiné à devenir sultan.


«Seigneur, vois cet esclave, un homme résistant.
Qui pourra convenir, aux plus rudes besognes.
Vois ses brillantes dents, ses muscles bien saillants»
«N'est-il pas amolli, par luxure et paresse?
Des maîtres libéraux, ne l'ont-ils perverti?
Ne bénéficia-t-il, d'un régime trop lâche?»
«Non, car il ne connut, que l'épreuve et la faim
La vie des rudes camps, et des casernements.
De l'aurore à la brune, il subit sans répit
Marches forcées, combats, manœuvres périlleuses»
«Connut-il mère aimante, ou père attentionné?»
«L'armée fut sa famille, et le chef son tuteur»
«Montre-t-il fourberie, peur, découragement?»
«Non, mais pugnacité, fidélité, bravoure»
«Ne se disperse-t-il, en vaines hâbleries
Propos creux ou mielleux, crâneries, vanteries?»
«De sa bouche ne sort, que parole prudente»

«Marchand, voici ton dû, je t'achète cet homme»

«Pardonne-moi, Seigneur, si je suis trop curieux.
Dis-moi, par le Prophète, à quoi destines-tu
Cet esclave au teint pâle, issu de l'Arménie?
Sera-t-il portefaix, terrassier?» «Non, sultan»

La Saga de l'Univers - Claude Fernandez - Éditions Sol'Air - © Éditions Sol'Air - 2007